Si vous avez déjà masterisé une campagne de jeu de rôle, vous avez probablement creusé les tréfonds d'Internet pour y trouver des illustrations à même de donner corps aux protagonistes de votre récit. Une tâche ardue, car les illustrations s'accordent rarement avec votre vision des personnages, en plus d'être tout aussi rarement libres de droit d'utilisation. Et je ne vous parle même pas des problèmes de cohérence, lorsque vos représentations proviennent de sources diverses.

Une solution intéressante s'est présentée à moi il y a une semaine, alors que je testais AI Dungeon, un générateur de scénario aléatoire basé sur du natural language processing. J'y ai découvert avec stupeur que le site proposait des avatars issus d'un certain Art Breeder, avec la mention "Select your AI generated avatar". Des avatars générés par AI ? Ils avaient l'air beaux, pourtant, ces portraits !


Art Breeder est une plateforme récente, comme en témoignent l'interface toujours en cours d'amélioration et les nouvelles fonctionnalités implémentées au jour le jour. Son objectif est de permettre le croisement d'images, de sorte à générer de l'art "alimenté procéduralement". Si la plateforme ne se limite pas aux portraits, force est de constater qu'il s'agit là de son plus gros atout et de sa branche qui fonctionne le mieux.

L'interface demande un peu de temps à prendre en main, même si on arrive assez rapidement à des résultats intéressants. Art Breeder vous propose soit de démarrer sur une base "neuve" en composant une image à la volée, soit d'uploader une image de votre choix, que vous pourrez ensuite modifier à votre guise.

Une fois l'image créée, vous pouvez la modifier à volonté, soit en sélectionnant des propositions générées par AI Breeder, soit en la croisant avec une autre image, ou encore en modifiant les valeurs directement. Les possibilités sont pratiquement infinies, même s'il est parfois nécessaire de passer par plusieurs images intermédiaires avant d'arriver à la destination voulue. Chaque étape est conservée en mémoire par Art Breeder, avec pour objectif d'établir l'arbre généalogique de votre image.

Ci-dessous, un rapide échantillon de quelques unes de mes créations. Vous reconnaîtrerez peut-être Joseph Matula, dont j'ai toujours imaginé les traits pour Lémon, frère de l'infâme Kafey, ou encore Mr Créosote (The Meaning of Life) qui a servi de base pour Hugh "Huge" Bloom. Gunther, lui, a presque un petit côté Popeye : c'est d'à-propos, pour un marin.

Art Breeder peut également créer des vidéos de morphing génétique

Le miracle est tel qu'à force de persévérance, il est possible d'obtenir des résultats probants sur une base médiocre. Mes exemples les plus parlants proviennent de vieilles images de L5A V1, littéralement ressuscitées pour être adaptées pour la V5 que je compte jouer prochainement. J'hésite à les poster ici pour des raisons de copyright : dans le cadre d'une utilisation personnelle, ça ne pose probablement pas de problème, mais la publication est sans doute propice aux contentieux.


Pour le meilleur comme pour le pire, quelques limitations restent à constater. Déjà, l'interprétation de certaines images uploadées laisse à désirer. Que l'image soit floue n'est que rarement un problème : à force de croisement, on parvient assez facilement à reconstituer un visage net qui conserve l'essentiel des traits du visage d'origine. En revanche, certaines images sont très mal comprises par Art Breeder et deviennent purement et simplement inutilisables (ou en tous cas pas pour le but recherché, dans l'exemple ci-dessous).

Premier problème, le cadrage est vraiment très proche du visage, pas question ici de voir une barbe de nain tomber jusqu'au torse, ou d'admirer une coiffure vraiment élaborée qui s'envole vers les cieux. D'ailleurs, les coiffures manquent désespérément d'inventivité, à moins bien sûr d'uploader votre propre image et de vous battre à chaque modification pour conserver ses bouclettes.

Dans le même ordre d'idée, les bijoux, tatouages et autres détails cosmétiques parfois importants pour la caractérisation physique d'un personnage ne sont tout simplement pas gérés (pour le moment, en tous cas), puisque le Slider "earring" est... tout au plus très aléatoire, voire complètement inutile. Si vous uploadez le portrait d'un personnage doté de bijoux faciaux, le système va les interpréter comme des parties de son visage. Bref : dans l'optique où votre personnage se démarque par un détail de ce genre, vous allez devoir malgré tout passer par la case Photoshop afin de retravailler votre portrait.

Boris l'Increvable

Finalement, face à des résultats apparemment si convaincants, il serait facile de se demander si les artistes ont toujours un rôle à jouer. Rassurez-vous tout de suite : outre le fait que Art Breeder se nourrit d'illustrations préexistantes (d'ailleurs, les motifs finissent par se répéter, au bout d'une bonne centaine de portraits, et la créativité en souffre durement), la qualité de ses créations reste souvent bien en-deça de ce que proposent les traits d'un véritable artiste : limitée à 1600 x 1600 pixels (pour l'heure), les images trahissent très vite un effet "Photoshop" gênant. Je ne peux dire si le problème vient des images qui servent à constituer la base de données d'apprentissage de l'intelligence artificielle, ou s'il s'agit d'un défaut inhérent à ce procédé. Pour autant, ces petits portraits suffiront amplement pour illustrer des personnages dans un scénario de votre crû (même semi-professionel), et les créations issues d'Art Breeder peuvent servir de base intéressantes pour de véritables réalisations artistiques.

Art Breeder: des portraits de PJ / PNJ générés par AI - Organisation Très Secrète
Un forum dédié aux jeux de rôle.
Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à laisser des commentaires sur le forum de l'OTS.